Fabien Reymann

"Vouloir c'est pouvoir "

Voir un roman comme une victoire. Après avoir eu l’impression de perdre son temps sur les bancs de l’école. Tout jeune, on prend vite conscience que l’on vit dans un autre monde, un monde parallèle, car les adultes ne nous comprennent pas. Rêver de devenir pilote de chasse ou astronaute, sans doute pour fuir ce monde cruel. Le trouble, dont les causes ne sont pas suffisamment éclaircies, s’appelle dyslexie. Il fait porter un poids énorme à un enfant dès le plus jeune âge. Il faut se battre sans se décourager, ne jamais rien lâcher…

Voici quelques mots pour vous donner envie de lire ce roman et vous expliquer mon intention…
Au début, je souhaitais rédiger un ouvrage historique en enrichissant mon récit avec des témoignages.
Cinq années de recherche ont été nécessaires avant de pouvoir retranscrire le contexte et la sensibilité de l’époque.
Je me suis appuyé sur des parutions de l’Ouest Éclair, La France de l’Est ainsi que L’Alsace afin de vous faire découvrir une histoire, des histoires, celles de toutes ces personnes qui un jour ont croisé la route du croiseur Mulhouse. Et puis, un jour où j’en ai décidé autrement…
Les légendes évoquent souvent ce lien d’affection que tous les marins tissent avec leur bateau, mais qu’en est-il de l’âme du bateau ? C’est donc le croiseur Mulhouse qui va vous raconter sa vie de la mer du nord dans cette Allemagne guerrière et conquérante à la reddition de 1918 en passant par la découverte d’un nouveau monde. La Méditerranée, cette grande bleue qui colore les rêves, les horizons lointains, les tempêtes, la vie des marins… Entendez-vous l’appel ? C’est l’heure d’embarquer pour une traversée qui s’annonce mouvementée.

« Novembre 1911. Brême. (Bremen Weser Werft) Allemagne.

Il est 4 h du matin, le chantier naval se réveille.

Il fait froid, le brouillard est givrant, amplifié par la proximité du fleuve Weser.

L’humidité glace le sang des ouvriers qui sortent des baraques chauffées grâce à un petit poêle à charbon sur lequel fume encore la cafetière. »