Bourtzwiller : cérémonie en hommage aux six fusillés du 15 août 1914

0
29

Le 15 août 2013, les drapeaux de toutes les associations d’anciens combattants ont rendu les honneurs devant la stèle érigée en hommage aux six fusillés du 15 août 1914, à proximité de l’église Saint Antoine de Bourtzwiller. Les autorités civiles et militaires et un nombreux public, une délégation de l’association Vie Libre notamment, ont marqué un moment de recueillement. Puis il a été procédé au dépôt de trois gerbes par les présidents des associations et les élus. Pour mieux cerner le sens de la cérémonie, Marc Schittly, président du Souvenir français a rappelé les évènements vécus sur ce lieu.il y a 99ans : « Nous sommes réunis devant cette stèle pour honorer la mémoire des fusillés de Bourtzwiller et ne pas oublier que dans la nuit du 14 au 15 août 1914, 57 maisons, deux usines, quatre briqueteries de Bourtzwiller ont été incendiées. Comble de l’horreur, six civils innocents ont été passés par les armes sans jugement par les soldats allemands. Deux unités allemandes se sont tirées dessus par erreur. Refusant de reconnaître leur méprise, les militaires ont accusé les habitants de Bourtzwiller d’être à l’origine de la fusillade. Six civils furent exécutés:

Sébastien BIEHLER, Charles FRITSCH, Ingace NICK, Paul NICK, Henri SCHMITT, Benjamin SCHOTT

DSCN0952
photo ARM Alsace © 2013

 

« 18 août 1919, Inauguration du monument élevé à Bourtzwiller, sur l’initiative de L’idée Française de notre ville, à la mémoire des six habitants de ce hameau fusillés sans jugement par la soldatesque allemande, dans la nuit du 14 au 15 août 1914. Cette solennité eut lieu en présence de M. Raymond Poincaré, président de la République Française, de Mme Poincaré, de M. Millerand, commissaire général de la République à Strasbourg, des généraux Gouraud, Hirschauer, de Pouydraguin, Fénelon, Mareschal, de M. Henri Gasser, sous-préfet, de M. Alf. Wolff, président de la Commission municipale, de M. Baumeister, adjoint et architecte du monument, ainsi que d’une foule innombrable. A midi, un banquet officiel fut servi à la Bourse et, à 15 heures, eut lieu le départ du chef de l’Etat. » Extrait du journal l’Alsace